Raid Orientalpin

- «  Allez c’est plat après ! 

- Tu es sûr

- Oui ce n’est plus qu’à 6% 

- Argh

Finale du challenge national des raids dans le Dauphiné ? Organisé par les Chauds Patates (ICI http://aventure-

dauphinoise.raidsaventure.fr/)  ? On en salive ! (on a peur en vérité !)

Tumblr inline mv0lrtldqa1s9x8us

Mais pour accéder au Graal il faut marquer des points sur les manches précédentes. 

Or comme le ROA,  une référence en termes d’orientation technique, fait partie du challenge on fonce.

Samedi : on se tient au chaud et on se conditionne pour affronter une météo dantesque (vue webcam ,16h30)

Capture

Dimanche : 7h30 station de  l’Alpe, peu de nuages à l’horizon, temps frais et sec. On s’équipe tranquillement, 

plaisantant avec les copains. Les Raid’O Brothers vétérans, remis de leur Ain-Xperience, s’alignent à nos côtés.

Le raid s’annonce court et intense : le kilométrage n’est pas élevé mais le dénivelé bien davantage.  Le roadbook 

annonce une succession de courtes sections en orientation, connaissant les traceurs il faudra veiller à rester lucide 

face aux cartes.

Sur la ligne, plus de 50 duos et nous sommes bien penauds. L’élite française est vraiment au rendez-vous : des 

podiums du RIF, des coureurs d’ARWS, des orienteurs de renommée mondiale, des brutes de trail, des alpinistes 

tutoyant les 8000m et certains qui mêlent toutes ces qualités… Pléthore d’athlètes qui jouent encore le jeu des 

petits raids, sans course à la prime et témoignant d’un état d’esprit admirable. 

Le départ VTT’O en masse donne le ton, ascensionnel après quelques centaines de mètres. Portage sur 300m, la 

piste se transforme ensuite en single boueux. La progression est ralentie puis tout se décante et les balises 

s’enchainent bien, Adrien est vigilant… Puis se laisse berner et l’on se retrouve à réaliser un beau détour. Cela nous 

permet de croiser les 4 premiers, roues dans roues. 

Transition CO moyenne distance,  1-2-3 s’enchainent parfaitement, on maintient un trot puis grossière erreur 

d’orientation.  Adrien est déboussolé ! Il nous faut tomber sur la 12 pour comprendre que l’on n’est pas sur la 

bonne colline… Demi-tour mais le mal est fait ! La fin de cette section s’articule sans couac. (tu peux mettre la 

trace)

Conscients d’attaquer la partie exigeante de VTT, on s’efforce d’aborder la montée avec un rythme élevé, il est 

possible de gagner du temps en restant sur nos montures le plus longtemps possible. L’avantage d’avoir des circuits 

mélangés, on dispose de points de mire en permanence. On avale cette montée en serrant les dents. C’est 

désormais parti pour 2 longues CO. Sur la free order, on ramasse les 3 isolées puis progression à flanc en attrapant 

les balises les moins en altitude sur le retour. On évolue sur un domaine skiable, la pente nous le rappelle. La 

course est également rendue difficile par de multiples trous. Yoann et Hugo galopent avec le sourire, on est heureux de les voir si bien placés.

12109970 836129189836171 1013064254302786068 o

Enchainement avec la CO longue distance : montée dré puis progression à flanc d’où l’on profite de la vue sur des 

Ecrins enneigés. La redescente vers la balise 8 est quelque peu acrobatique. Reprise des vélos pour l’enchainement 

final. Belle descente où l’on achève les plaquettes puis montée sèche et on parvient à la zone neutralisée. Lab’O en 

relais d’où l’on ressort avec un chrono très correct. Enfin, trail (sprint) final.

Devant la lutte fut acharnée, un mouchoir de poche sépare le quatuor de tête. Mention honorable aux FMR et à 

l’incroyable Elisabeth Revol qui tient la dragée haute aux gros mollets ; de même qu’à Fanny Fréchinet qui termine 

dans le top 10 ! Bravo ! 

Christophe et Philou en terminent peu après, rincés mais ravis. Dommage de ne pas s’être croisés sur le parcours, 

j’aurais aimé déclencher le rire de Christophe à la crête du Grand Serre, pour constater l’écho…

On est admiratif des performances réalisées par la tête de course en terme de vitesse de progression et de 

maintien du rythme sur la durée. Coup de chapeau aux Orient’Alpins qui nous ont offert un raid parfaitement 

orchestré, une alternance de sections bien maitrisée et un tracé joueur, exigeant et plaisant. Le tout en proposant 

des formats plus courts pour satisfaire le plus grand nombre.

On peut comprendre que certains expriment une certaine frustration aux vues de la distance de course. Mais sur 

un terrain aussi vertical il est délicat d’infliger plus de km aux raideurs sans s’exposer à des écarts de temps trop 

conséquents. Ce format « court mais intense » est inhabituel mais revêt plusieurs atouts : une lutte féroce à l’avant 

où le moindre écart est pénalisant, l’obligation de faire une orientation parfaite sans laisser de balises et un 

engagement à orchestrer avec la lucidité. Autre fait plaisant du terrain de jeu : les jambes n’en ressortent pas 

complètement griffées.

Pour le fun : survol de la course sur ce lien où l’on regrette amèrement les 2 erreurs d’orientation (Romuald nous 

dépose sur le VTT en cet endroit !) et vous pourrez vérifier qu’on passe bien à 2 sur les balises contrairement à d'autres dont on ne citera pas les noms ;) .

http://labs.strava.com/flyby/viewer/#406359617,m8k1GJxaNhjKqDoYfHk9GFfSPRg= 

http://raid.orientalpin.free.fr/fichiers/Resultats/classement_scratch.html

Commentaires (2)

bat
  • 1. bat | 08/10/2015
Heureusement qu'Adrien n'est pas dans un club de CO, parce que la faute sur la 4° est monstrueuse ! Vous avez bien perdu 10 minutes la dessus non ?
Gaët
Bravo les loulous.
C'est quoi la règle alors? On reste à vue ou on va tous au poste ?
Pas de souci, à la finale on a tous un doigt!
A bientôt les cocos

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.