PACA Raid 2016

On aurait bien fait du canöé

Arrivée vendredi soir au point de chute de Sanary, on aperçoit la mer agitée, dommage la pagaie n’est pas au programme cette année. Samedi matin, Mazaugues nous accueille sous des trombes d’eau, parc VTT et café avalés et la pluie cesse à l’instant même où le briefing commence. Dommage, pas d’aqua poney non plus en guise de surprise. 6 Raid’O Brothers sur la ligne de départ,  quel plaisir de concourir avec les copains.

Trail 1.7 km : tempo rapide pour cet échauffement, 14 km/h de moyenne et une pointe à 16.5km/h.

10658784 1681250712136278 6463062120336217414 o

 

CO n°1 : 25 balises ordre libre : On arrive groupé à la prise de cartes, les premières balises s’enchainent au train. Sans dérailler, on maitient un rythme soutenu mais les équipes de tête se détachent. On se croisera au niveau de la grotte, goulet soutterain où la progression à l’aveugle est périlleuse. Une fois l’exploration terminée, on rejoint le parc VTT en passant sur des lapias rendus glissant par les averses matinales. On joue la prudence mais cela nous fait perdre de précieuses minutes.

VTT’O n° 1 : la première partie est roulante, quel pied  d’avoir une IOF à disposition ! On relance dès que possible et on parvient à la CO mémo sans encombre. Contrôle du matériel : portable et couverture de survie, on est en règle ! Sur le PACA Raid on sent bien que les organisateurs ne sont pas là pour faire la police : liste de matériel restreinte à l’indispensable, ils nous font confiance, aux coureurs d’être responsables ; dès lors cette vérification prend tout son sens. La CO mémo est brève, on crapahute autour d’un fort façon chasse au trésor. On reprend les vélos pour quelques kilomètres avant d’attaquer le tir à l’arc. Dans cette zone neutralisée, on comprend que l’écart avec les autres équipes mixte se creuse car nous ne faisons qu’apercevoir les 400 team qui en termient. On récupère 3min et c’est reparti pour du VTT plus valonné. Le dérailleur d’Adrien grince et souffre, la boue s’inflitre partout et cela fait partie de la course de ménager le matériel. Les postes s’enchainent bien et on prend plaisir à évoluer sur des mono traces. On croise les copains en approchant de la 13, l’ambiance est bonne. On a fait plusieurs postes avec les Baragnas, les encouragements perdurent, esprit Raid est bien là ! en maintenant les pieds et la transmission bien immergée dans la boue, on atteint le départ de la 2nde CO.

Cordes : rappel sur 20m. Sympathique passage sous une cascade rafraichissante.

CO n°2 : 14 balises ordre imposé. Moins ludique que la précédente, l’approche des balises doit être davantage soignéecar les repères manquent. Physiquement, on accuse un peu le coup et ne parvenons pas à maintenir un rythme suffisamment soutenu.

 

12792096 1681246358803380 5527922946868865408 o

VTT n° 2 : on repart sur IGN mais difficile de distinguer le profil, les lignes de niveau sont pâles mais on devine que la balise n°3 est à un point culminant. En effet, quel portage ! 30 minutes consommées pour gravir les 230m conduisant à la Mourre d’Agnis. Dans la montée, Yannick et Fred nous dépassent sans être avares d’encouragements, c’est chaleureux. L’horizon s’ouvre sur 360°, des Alpes Italiennes au rivage de la méditerranée, mais le temps n’est pas à la contemplation ! Trop heureux de pédaler on manque de sortir de la carte mais Adrien veille et nous remet sur le droit chemin. Quand je pense que certains sont allés visiter la combe hors carte..hein Yannick ? On évalue sur la crête, splendide ! Malheureusement, la lucidité commence à faire défaut, on manque complétement le chemin d’attaque de la balise 5. Pourtant sur la carte il apparaît clairement en dessous des falaises et distinct du GR. Vaille que vaille on garde le cap sur le GR…avant de constater notre erreur. Surtout que ce GR n’est pas vraiment roulant. ; Refusant le ½ tour, afin de maintenir l’espoir d’un chrono pas trop ridicule on décide d’attaquer dré dans le pentu… c’est périlleux mais on s’en sort : on descend de 160m au milieu des pierriers le vélo sur le dos mais la balise 5 finit par nous tendre les bras. On termine en constatant amèrement à quel point le sentier à flanc était roulant… Crevindiou !

PacaPaca

Vues en détails de la belle boulette sur la balise 5 

Au final 45 minutes de perdues sur cette dernière erreur, ce qui ne change rien au classement mixte, nous étions déjà surclassés mais au général on aurait aimé mieux figurer.

Tant pis, la journée fut belle, les conversations animées et les souvenirs demeureront impérissables. Chapeau à Yannick et Cédric qui ramènent la médaille en chocolat dans un super chrono. Un vrai succès ce PACA Raid, as usual !

Strava

A l’année prochaine !

Plus encore (photos et résultats) : 

 

Ajouter un commentaire

 
×